Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par pierre-gilles tronconi

image.jpgJe publie ci-dessous un article de notre ami Pierre-Jean Néri.

Comme nous, ici, il pense que la Droite et le Centre n'ont pas à rougir de leur bilan en matière d'environnement et que, bien au contraire, ils s'avèrent bien plus efficaces que les Verts auto-proclamés défenseurs uniques et pontifiants de l'environnement.

Il serait peut être bien, un jour, et ce jour ne peut être que beau, de poser les bases de la protection de la nature en France, en se donnant les moyens de protéger les espèces et les milieux.

 « La protection des espaces naturels et des paysages, la préservation des espèces animales et végétales, le maintien des équilibres biologiques auxquels ils participent et la protection des ressources naturelles contre toutes les causes de dégradation qui les menacent seraient ainsi déclarés « d’intérêt général ».

 Vœux pieu ? Que nenni, ce texte existe, nous en avons ici, en préambule, la philosophie d’une Loi relative à la protection de la nature.

 Cette loi date de 1976.

43 articles répartis en 6 chapitres qui posent les bases du Code de l’environnement.

 

Elle a été votée sous l’égide de Monsieur Paul Granet Secrétaire d'État  auprès du ministre de la Qualité de la vie, chargé de l'Environnement, étiqueté UDF.

 le Ministre de la Qualité de la vie (terme tellement plus évocateur qu’écologie) s’appelait alors André Fosset, il faisait partie du Gouvernement dont Jacques Chirac était le Premier Ministre.

Rappelons que le tout premier ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé de la Protection de la nature et de l’Environnement était de Droite, Gaulliste pour être encore plus précis, il s’appelait Robert Poujade.

Nous étions en 1971, le 7 janvier exactement !

Il restera en fonction jusqu’en 1974.

Les fondements de l’écologie politique étaient coulés.

Ce n’était ni une mode ni une machination électorale, on pourrait parler ici tout simplement d’une prise de conscience de la part de responsables qui justement en avaient une.

 

De  mars 1974 au 21 mai 1981 se sont succédés et consacrés à cette tâche vitale, Alain Peyrefitte, UDR, Ministre des Affaires culturelles et de l'Environnement, Gabriel Péronnet, UDR, Secrétaire d’État auprès du ministre de la Qualité de la vie, chargé de l’Environnement André Fosset,  CDS,  Ministre de la Qualité de la vie Paul Granet, UDF, Secrétaire d'État auprès du ministre de la Qualité de la vie, chargé de l'Environnement, Vincent Ansquer, UDR,  ministre de la Qualité de la vie et Michel d'Ornano, PR,  Ministre de l'Environnement et du cadre de vie.

 

Ces hommes politiques ne considéraient pas l’écologie comme une doctrine, pas plus qu’ils ne s’en servaient à des fins électorales.

Ils n’avaient en tête que leur sens du devoir et une vision de l’avenir.

Les initiateurs  s’appelaient Georges Pompidou, Valery Giscard d’Estaing, Jacques Chirac.

Ce même Jacques Chirac, qui en septembre 2002, à Johannesburg en  Afrique du Sud, au Sommet Mondial du Développement Durable énonça enfin une prise de conscience :

 « Notre maison brûle et nous regardons ailleurs. La nature, mutilée, surexploitée, ne parvient plus à se reconstituer et nous refusons de l'admettre. L'humanité souffre. Elle souffre de mal-développement, au nord comme au sud, et nous sommes indifférents. La terre et l'humanité sont en péril et nous en sommes tous responsables. »

 

Rappelons qu’entre temps s’était crée un parti politique se prévalant de la sacro-sainte écologie : Les Verts.

Depuis lors, Ils  s’érigent en censeurs environnementaux, possédant la faculté d’avoir un avis sur tout, sprintant sur leurs bicyclettes, de rigueur, afin de savoir qui, un jour, sera leur chef !

Ils seront entre temps, utilisés comme un objet indirect par un pouvoir socialiste, souhaitant grappiller, ça et là, quelques suffrages de fortune.

Cela permettra à cette Gauche socialo-marxiste de retrouver sa véritable nature, en oubliant de s’occuper de « la Nature », la seule qui vaille…

C’est parce que « le vert » est dans le fruit que leur désir d’écologie s’est retrouvé considérablement gâté.

 

L’environnement et l’écologie sont des problèmes sérieux et  prioritaires dans le projet de Société de Nicolas Sarkozy.

 Ils sont source d’emplois, économiquement impératifs et indubitablement vitaux.

Nicolas Sarkozy n’a pas inventé « le Grenelle de l’Environnement ».

Il a su bâtir sur les fondations de ses prédécesseurs, et élever l’ouvrage jusqu’à son fait.

 Il fallait bien à un moment changer de comportement et créer un choc dans l’opinion.

 « Grenelle de l’Environnement, Grenelle de la Mer, Taxe Carbonne » sont des innovations  en ce domaine.

Elles sont reconnues comme étant les véritables moyens de lutte contre les fléaux à venir.

 

Le Ministère de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement durable et de la Mer, en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat, dont Jean Louis Borloo, en tant que Ministre d’Etat, est responsable, n’est ni un gadget, ni un vœu pieu.

Il est bel et bien l’exemple que la France donne à la Planète et qui, par l’éducation et les idées neuves qu’il apporte,  permettra, à une nation présente et future de retrouver une réelle qualité de la vie.

Je n'oublie pas non plus, Nathalie Kosciusko-Morizet qui portait avec talent et conviction ces valeurs environnementales.

 

 Nicolas Sarkozy l’a rappelé le 10 septembre 2009 :

 

"C'est pour moi, profondément, une question de responsabilité vis-à-vis de nos enfants et des générations à venir, car cette mesure contribuera à dessiner un monde meilleur pour eux»

 

En presque 50 années, la Droite n’a pas à rougir de son action, elle trouve ici son point d’orgue.

Prise de conscience, réaction et action ont été ses seules motivations.

Le peloton anarchique de ses détracteurs, n’a toujours pas réalisé que cette qualité de la vie est l’affaire de tous.

Elle ne doit pas servir à des intérêts particuliers sous forme d’une quelconque idéologie.

Elle est le bien de tous, elle restaure le présent pour préparer l’avenir."

Commenter cet article

Cap' Provence Ecologie 21/02/2012 13:39


Je vous invite à lire cet article sur le braconnage des éléphants


http://www.notre-planete.info/actualites/actu_3260_massacre_elephants_Cameroun.php





Cameroun : plus de 200 éléphants massacrés depuis mi-janvier et le... notre-planete.info



Le bain de sang qui a débuté au milieu du mois de janvier se poursuit au nord-est du Cameroun et on dénombre désormais plus de 200 éléphants massacrés par les braconniers pour leur ivoire.


et à signer la pétition


http://www.ifaw.org/fr/node/7099


 

pierre-gilles tronconi 21/02/2012 14:05



Merci Marie-Thérèse pour ce lien.


Le braconnage des éléphants est en effet une véritable malédiction pour ces animaux en péril. 


J'ai déjà signé à titre personnel signé cette pétition et j'engage tous les amis de Forum bleu à en faire de même.


Amitiés