Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par pierre-gilles tronconi

Holding-Earth807.jpg Le nouveau patron du MEDEF, M. Pierre Gattaz a déclaré, il y a quelques jours, sur RTL: " Non à toute fiscalité écologique"

 

Bien sûr, cette déclaration a été faite en réponse au projet de taxe sur le diesel évoqué par les Verts et une partie du gouvernement.

Sachant que l'Etat a favorisé depuis quelques années, avec le mécanisme du bonus-malus automobile uniquement calculé sur les émissions de CO2 et que nous avions combattu à l'époque avec Patrice Hernu, l'achat de petites cylindrées diesel par les Français, il est moralement impensable de les pénaliser aujourd'hui. Sans parler de l'impact économique sur les professionnels.

Bien sûr, M.Gattaz a raison de dire que nous sommes aujourd'hui "submergés par les taxes".

J'ai eu souvent l'occasion de dénoncer, au nom de notre réseau, cette propension ridicule de certains écologistes proclamés mais dirigistes assumés pour qui tout problème environnemental peut être résolu par une taxe. C'est une des raisons qui a rendu l'écologie antipathique à une part croissante de nos concitoyens en diminuant constamment leur pouvoir d'achat..

Par contre, nous ne pouvons pas suivre M.Gattaz sur ses autres arguments:

Quand il présente le gaz de shiste comme l'alpha et l'oméga d'un avenir radieux en matière énergétique et économique: Nous avons toujours été, contrairement à beaucoup d'autres, favorable à la recherche sur les gaz de shiste. Cependant, on ne peut pas dire que les études scientifiques les plus récentes permettent d'avoir encore un avis tranché, notamment sur le plan de la pollution des nappes phréatiques ou sur la réalité des réserves. Nous pensons donc qu'il faut rester prudent pour ne pas générer de nouveaux désastres environnementaux et une nouvelle bulle financière.

Quand il nous dit: "Faisons confiance à nos entreprises": Nous sommes convaincus que le secteur privé a un savoir-faire économique incomparable et qu'il faut à tout prix s'appuyer dessus pour trouver des solutions efficaces. Mais, et c'est bien normal, il ne s'oriente pas naturellement dans une direction favorable au développement harmonieux de notre sociéte, il répond aux demandes des clients, ce qui est déjà bien! Quand M.Gattaz dit que des "efforts considérables" ont été accomplis en France en matière environnementale, c'est vrai mais c'est parce qu'il y a eu des incitations de l'Etat, notamment fiscales.

En conclusion sur ce sujet qui est au coeur du développement soutenable, c'est-à-dire à la conjonction de l'économique, du social et de l'environnemental:

Une fiscalité écologique incitative nous parait être indispensable pour avancer dans le bon sens à condition qu'elle réponde à plusieurs critières:

- être à somme fiscale nulle (pas d'augmentation d'impôts)

- simple pour ne pas submerger encore les entrepreneurs sous la paperasserie

- favorable autant que faire se peut aux entreprises françaises et européennes dans la compétition internationale.

C'est pourquoi, depuis plusieurs années avec Ecologie bleue, nous sommes favorables à l'étude d'un mécanisme unique consistant en une part variable de la TVA (sans augmentation de taux) négociée au niveau européen et assise sur une empreinte écologique globale et pas uniquement sur les émissions de CO2.

 

Pierre-Gilles TRONCONI

Responsable national du réseau Ecologie bleue  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article