Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par pierre-gilles tronconi

 

europe.jpgLa Commission européenne a rendu publique aujourd'hui sa communication relative à l'augmentation des réductions des émissions de gaz à effet de serre au delà des 20% à l'horizon 2020 et aux risques de "fuites de carbone", c'est-à-dire d'un transfert d'une partie de la production hors des frontières européennes, entraînant ainsi une perte importante d’emplois industriels et une augmentation globale des émissions.

 

Connie Hedegaard, Commissaire en charge du climat, a précisé aujourd'hui sa pensée lors d'un point presse en soulignant " qu'en l'absence d'accord international, toutes les options doivent être ouvertes pour lutter contre les fuites carbones y compris le mécanisme d'inclusion carbone".

 

Françoise Grossetête (UMP, PPE, F), particulièrement impliquée sur ce sujet, estime "satisfaisant que la Commission européenne laisse la porte ouverte à ce mécanisme d'inclusion carbone. L'idée est d’éviter de créer une situation dans laquelle certains partenaires mondiaux auraient un intérêt à ne pas contribuer à la lutte contre le changement climatique.  Elle rappelle, à cet égard, que "ce mécanisme consiste à intégrer, dans le marché européen du carbone, les produits fabriqués en dehors de l'Union européenne et relevant des secteurs les plus exposés à des risques de délocalisation. Le bénéfice est multiple car il incite nos partenaires non-européens qui ne sont pas soumis à notre marché carbone à réduire leurs émissions tout en augmentant leur efficacité carbone. "

 

"Lorsque la Commission européenne propose unilatéralement de réduire de 30% les émissions de gaz à effet de serre en Europe, là encore soyons réalistes: cela ne peut être envisagé qu'à la condition que les autres économies majeures prennent des engagements comparables" ont souligné les députés de la délégation française du Groupe PPE au Parlement européen."L'augmentation de l’effort européen de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) doit tenir compte de l’évolution de la négociation internationale"  a conclu Françoise Grossetête.


En savoir plus

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article