Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par pierre-gilles tronconi

 source de l'article: libération.fr
 Il y a quelques semaines s'est tenue à Annecy le congrès annuel de l'association Amorce qui regroupe 270 communes. Le thème de ce congrès était d'évaluer la responsabilité des méthodes de traitement des ordures en matière de santé et d'environnement.
La conclusion de ces travaux a abouti à la réhabilitation de.......l'incinération!
«Pour les gens, l'idée d'une incinération polluante est tenace, déplore Hubert de Chefdebien, président du Syndicat national des concepteurs et constructeurs des industries du déchet et de l'environnement (Snide). Pourtant, c'est l'industrie la plus surveillée et la mieux connue.»
Or, avec ses 128 incinérateurs, la France ne semble pas en mesure de traiter les 50 millions de tonnes annuels de déchets provenant des ménages, les 50 millions de tonnes des municipalités et des 100 millions de tonnes des industries.
 «Le zéro dioxine n'existe pas, c'est sûr, mais les principaux émetteurs de dioxine sont les cheminées ou les barbecues, lance Nicolas Garnier, d'Amorce. Les gens ne veulent pas d'installations qui traitent leurs déchets alors que leurs poubelles débordent.  Il faudrait que cesse la schizophrénie !» 
 
 
La réaction de Robert Assante, Adjoint à l'environnement à la mairie de Marseille.
 
«Dans notre cas, les populations ne sont même plus nimbystes (*), elles sont hostiles à toute discussion. Les gens ne veulent pas d'explication ni de concertation, ils nous disent : "Vous faites comme vous voulez, mais vous ne construisez pas d'incinérateur. Point barre." Dans ces cas-là, soit vous déposez plainte pour diffamation parce que vous passez votre temps à vous faire insulter dans les réunions publiques, soit vous reculez ; 22 recours en justice ont été déposés contre l'incinérateur de Fos et, chaque fois, le tribunal a tranché en faveur du projet. Aujourd'hui, les travaux de terrassement ont démarré. L'incinérateur est dimensionné pour 300 000 tonnes de déchets, l'usine de méthanisation pour 110 000 tonnes et l'unité de compost pour 60 000 tonnes. Cette plate-forme multifilière doit être construite au coeur de 220 hectares du port autonome, ouverts à l'industrialisation. On ne construit pas cet ensemble sur un terrain vierge !»
 
(*) le Nimby (Not In My Backyard, que l'on peut traduire par «pas devant chez moi») est un phénomène sociologique de refus local (NDLR).
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article