Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par pierre-gilles tronconi

 Quatre mois seulement après avoir été lâchée dans les Pyrénées, la jeune ourse Paloma âgée de 4 ans, originaire de Slovénie, a été découverte morte le 25 août sur les hauteurs de Loudenvielle (Hautes-Pyrénées).

Aussitôt, les passions entre anti-ours et pro-ours se sont déchaînées, les uns accusant les autres d'irresponsabilité et les autres accusant les uns de "meurtre"! Quant au ministère de l'écologie, il a demandé une autopsie qui, bien entendu, concluera à une mort accidentelle. Rien que du bien prévisible mais surtout aucune autocritique!

Et si les torts étaient partagés? Et si les réticences que nous avions évoquées dans ces colonnes, en écho au dossier de France bleue sur le sujet étaient bel et bien fondées.

Les causes les plus logiques de la mort de ce pauvre animal à la suite d'une chute accidentelle me semblent être la combinaison de deux facteurs:

- La non-adaptation de ces plantigrades à l'environnement pyrénéen, la recherche, notamment de proies (que l'on a "oublié" au préalable de réintroduire) les poussant à explorer des reliefs auxquels les forêts slovènes ne les ont pas habitués.

- la peur engendrée par les battues engagées par les éleveurs destinées à "effaroucher" les ours. Sur ce plan, on peut dire que c'est réussi!

Après ce tragique fiasco, peut-on espérer que l'on revienne à plus de raison et que l'on adopte une autre politique en faveur de l'ours, conscients comme l'écrivait Patrice Hernu que nous tenons là "l’occasion de traiter de l’avenir d’un territoire, de la préservation de sa faune et de sa flore et de sa survie économique en s’appuyant sur les usages et compétences locales dans le respect des traditions tout en renforçant la solidarité européenne au service de la biodiversité et de la préservation des espèces et des paysages." ?

Commenter cet article