Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par pierre-gilles tronconi

Grâce à la volonté de Philippe MEMOLI de placer l'écologie au coeur de la réflexion des JA 13 par ma nomination comme délégué Jeunes Actifs à l'écologie, nous avons été les premiers en France à proposer, vendredi 11 septembre, une réunion sur le thème de la taxe carbone.
Nous avions invité pour l'occasion
Patrice HERNU, Président de France-Europe-Planète bleue, dont l'expertise sur le sujet est reconnue de tous les acteurs du développement durable.
Etaient aussi présents
M. Eric Diard, Député ds Bouches du Rhône et
Secrétaire national UMP en charge de la croissance verte et des energies renouvelables, Messieurs Charles Piketti et Jean-Michel Simonian, membres du bureau national des Jeunes Actifs, et Mme Caroline Pozmentier-Sportich, Adjointe à la Mairie de Marseille.

Après une brève introduction de Philippe Mémoli pour présenter le nouveau bureau des JA 13 et annoncer nos actions à venir, j'ai pu lancer le débat en quelques mots.
Ensuite,
Patrice Hernu et Eric Diard se sont succédés pour expliquer pourquoi la mise en route de cette taxe carbone était nécessaire et les modalités décidées par le Président de la République.
Puis les participants ont pu poser un certain nombre de questions auxquelles nos intervenants ont répondu avec le plus de clarté possible.
Les idées-forces à retenir auront été:
- qu'il ne s'agit pas d'un impôt supplémentaire puisque la totalité des sommes perçues seront restituées aux Français, mais l'amorce d'une profonde mutation de notre fiscalité pour les années à venir
- qu'il faut au plus vite, comme l'a précisé le Président Sarkozy, proposer à nos partenaires européens une taxe aux frontières pour nous protéger des importations de pays moins scrupuleux en matière environnementale.

Cette réunion s'est terminée par un apéritif puis l'équipe des Jeunes Actifs 13 accompagnée de Patrice Hernu et de responsables d'associations écologistes se sont retrouvés au restaurant pour finir cette soirée sympathique et qui aura marqué, à Marseille, le début d'un tour de France d'explications de cette taxe carbone.

 

Commenter cet article

pierre-gilles 21/09/2009 16:25

Cher M.Lévy,Vos objections sont tout à fait recevables.Cependant, nous sommes là encore sur le thème du verre à moitié vide ou à moitié plein d'autant que les envolées de Hulot et consorts ont quelque peu dénaturé le projet initial.Pour ma part, je pense que le Président Sarkozy a su choisir la meilleure voie et je  prends le pari que cela peut marcher.J'espère ne pas me tromper... 

LEVY Gabriel 15/09/2009 18:27

Merci à leurs auteurs d’engager ce débat. Nous avons ainsi retenu les deux points exposés et nous persistons à penser qu’il s’agit d’un « impôt supplémentaire », car les prétendues restitutions ne se feront pas au « sou près » puisque : 1°) les assujettis aux tranches supérieures de l’impôt sur le revenu ne recevront pas de compensation ; la compensation venant sous la forme de déduction d’impôt diminuera d’autant les sommes inscrites au « bouclier fiscal » et sera donc récupérée…. 2°) qui peut affirmer, compte tenu de la consommation variable selon le mode de vie des ménages, qu’un chèque d’un montant forfaitaire compensera exactement ce qui a été perçu au titre de la taxe carbone ? Enfin : 1°) la complexité de ce projet, allant même jusqu’à taxer les produits étrangers arrivant à nos frontières (un accord avec 27 pays, sans omettre aucun, paraît peu probable : cf la taxe Chirac sur les transports aériens) et permettre une contrebande, coûteuse pour l’état, sur certains produits, est de nouveau la preuve que nous avons perdu notre supposé bon sens ; 2°) de quoi s’agit-il, lorsqu’on évoque, à propos de ce projet, une lointaine « amorce d’une profonde mutation de notre fiscalité » ? Un impôt sur la consommation et plus sur nos laborieuses économies ? Demandez aux Français s’ils y croient et s’ils le veulent.