Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par pierre-gilles tronconi

Le Président de la République vient de donner un coup d'arrêt à l'annonce journalière de nouvelles taxes qu'on nous a asséné ces derniers jours, sous prétexte d'écologie.
C'est, quoiqu'en pensent un certain nombre de mes amis écologistes qui ont fait du Grenelle de l'environnement l'alpha et l'oméga de toute réflexion sur le sujet, une excellente nouvelle, en particulier pour l'avenir de la planète.

En effet, au moment où le thème de la baisse du pouvoir d'achat est ressenti par les Français comme leur souci numéro un, est-il raisonnable d'alourdir encore la barque?
Souhaite-t'on vraiment donner de l'écologie, comme c'est quelquefois le cas, l'image d'une idéologie pour bobos aisés?

Ce n'est en tout cas pas le sens de mon combat, ni au sein du réseau Ecologie bleue ni avec mes amis de
la Droite libre. 
Nous souhaitons au contraire poser les bases d'une écologie populaire, positive et dont le message ne soit pas une culpabilisation incessante, notamment à l'égard de nos concitoyens les moins favorisés.

Je suis cependant convaincu qu'il faut aller vers une fiscalité verte, d'autant que les solutions alternatives existent et cela à l'intérieur du cadre fixé par le Président d'un refus d'augmentation de la fiscalité globale.
L'idée d'une taxe-carbone, qui a été rapidement abandonnée, intégrée à la TVA,
comme l'a récemment rappelé Patrice Hernu,  est une des pistes à creuser.

En tout cas, pour avoir imposé l'idée que la politique écologique ne peut se concevoir qu'en interaction avec l'ensemble des autres secteurs de l'action gouvernementale et non comme un gadget un peu à la mode:
Merci, Monsieur le Président!


 

Commenter cet article