Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par pierre-gilles tronconi

 Après France Gamerre, présidente de Génération écologie, c'est au tour de Corinne Lepage, présidente de Cap 21 d'annoncer sa candidature à l'élection présidentielle de 2007 pour, dit-elle, " faire entendre la voix d'une femme engagée, réformiste, écologiste et républicaine."

Sans porter de jugement sur ces deux personnalités dont la compétence en matière d'écologie ne saurait être discutée, je m'interroge tout de même sur la pertinence de plusieurs "petites candidatures" ( Mme Lepage avait obtenu 1,88% en 2002!) pour faire avancer les thèmes de l' "écologie non-verte" au sein d'un contrat de gouvernement sans parler des risques que fait courir un émiettement excessif de l'électorat (n'oublions pas le 21 avril 2002!).

Aussi, même s'il faut bien reconnaître que la réussite n'a pas été jusqu'ici au rendez-vous, je reste convaincu que la stratégie d' "écologisation d'un grand parti de gouvernement" prônée par Patrice Hernu et Ecologie bleue lorsqu'ils participèrent à la fondation de l'UMP reste la voie la plus efficace pour voir nos idées appliquées. D'autant que l'écologie est totalement transversale et que l'on peut fort bien être écologiste et... gaulliste, libéral, radical ou centriste! D'où mon engagement parallèle au sein de la Droite libre de Rachid Kaci pour  défendre des idées libérales et républicaines.

En conclusion de la convention sur l'écologie, Nicolas Sarkozy a avancé un certain nombre d'idées fortes. A nous de les faire vivre concrètement pour qu'elles deviennent partie intégrante du programme présidentiel du futur candidat de l'UMP à l'élection présidentielle.

Commenter cet article

pierre-gilles Tronconi 09/05/2006 15:17

Bonjour monsieur,
Permettez-moi tout d'abord de vous remercier de l'intérêt que vous avez bien voulu montrer pour mon site et vous féliciter pour la qualité du vôtre.
Pour le reste, je ne partage pas votre opinion sur l'utilité d'un candidat écologiste à l'élection présidentielle, et ce pour plusieurs raisons:
- l'écologie est totalement transversale et être écologiste n'est pas un choix de société en soi, que ce soit sur le plan économique, social, européen,....
- les expériences ministérielles de Mesdames Lepage ou Voynet nous laissent un bilan bien maigre et le souvenir de beaucoup de couleuvres avalées au nom de la survie de leur parti!
- enfin, je ne crois pas que le problème se situe au niveau du poids politique de tel ou tel parti mais plutôt de l'architecture gouvernementale et de la prise en compte de la position transversale de l'écologie  au sein des différents ministères.
Amicalement

President ecolo 08/05/2006 21:20

Bonjour,
effectivement à trop présenter de petites candidatures on risque de courir à la dispersion des votes. Mais à n'en présenter qu'une seule, celle de l'UMP, on risque aussi de ne pas mobiliser l'ensemble de l'électorat de droite. De plus, pourquoi dans ce cas attiser la querelle Sarko DDV qui va elle aussi conduire à des pertes de voix... ?
Par ailleurs, il ne me semble pas que Corinne Lepage soit catégorisée uniquement à droite mais plutôt au centre, et plus précisément plus à gauche même que l'UDF.
Enfin, comme vous le dites les tentatives d'écologisation par l'interne (Ecologie Bleue, Hernu, NKM, etc...) ont toutes avortées et aujourd'hui encore le mnistre de l'écologie doit toujours jouer profil bas.
C'est pourquoi je suis convaincu que seule une candidature évologiste identifiée comme telle sera à même de comptabiliser les personnes qui sont convaincues de l'urgence environnementale et de peser ensuite sur les choix politiques. Mieux vaut un bon ministre de l'environnement qui ait du poids (qu'il soit Vert, Lepage ou encore Gamerre ou Waechter) plutôt que qq parlementaires qui de toutes façon ne pourront rien changer ensuite...
Amicalement,
Pour  un président écolo... http://president-ecolo.over-blog.com