Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par pierre-gilles tronconi

Le 07/08/2007 à 17:15
Préfecture des Bouches du Rhône
 

Des poissons pêchés dans certaines portions du Rhône (Départements du Rhône, de la Drôme, de l'Ain et de l'Ardèche) se sont révélés contaminés par des polychlorobiphényls (PCB), dont certains sont connus sous la marque Pyralène, au-dessus des seuils réglementaires. Par mesure de précaution des campagnes de pêche de même type ont été organisées dans les départements situés en aval.

A la suite des prélèvements effectués, pour le département des Bouches-du-Rhône, dans le Rhône ainsi que sur les étangs qui lui sont liés en Camargue les résultats des analyses ont montré une contamination en PCB à des degrés divers des poissons prélevés dans le Rhône.

Le préfet des Bouches du Rhône a par conséquent interdit par arrêté du 7 août 2007 la pêche en vue de la consommation et la commercialisation des poissons pêchés dans le Rhône, le Grand Rhône jusqu'à son embouchure et ses canaux dérivés : le canal d'Arles à Fos et le canal du Rhône à Fos ; à l'exclusion des étangs et du petit Rhône et ce dans les limites administratives du département. Une information a d'ores et déjà été faite auprès de la filière professionnelle de pêche.

Les préfets du Vaucluse et du Gard ont également pris des arrêtés d'interdiction identiques.
Une expertise de l'AFSSA, attendue d'ici l'automne prochain, permettra de réévaluer la situation et d'adapter les mesures en conséquence.

Les polychlorobiphényles (PCB) sont des contaminants environnementaux liés à l'activité humaine. Leur commercialisation est interdite depuis 1987. Leur utilisation est limitée aujourd'hui et jusqu'en 2010 aux anciens systèmes clos comme les condensateurs électriques et les transformateurs. Un plan visant à leur élimination est en cours . Ces molécules sont très stables dans l'environnement et se fixent, lorsqu'elles sont présentes, dans la matière grasse des animaux contaminés et de leurs produits. Ainsi, la consommation régulière et sur une longue période du poisson contaminé peut constituer un risque potentiel pour la santé humaine.
La pêche (sans consommation), la baignade et les sports nautiques ne présentent aucun risque sanitaire pour l'homme.
Des investigations sont en cours pour déterminer la cause de ces contaminations. A cet effet, le préfet de la région Rhône-Alpes, coordonnateur de bassin, a confié à la DIREN, en lien avec l'ensemble des services de l'Etat concernés à l'échelle locale, l'élaboration d'un programme d'études et de recherche pour comprendre le phénomène de pollution (origine et mobilisation des PCB dans les sédiments), l'incidence des rejets actuels et définir un programme de gestion visant à améliorer la situation.

Ce programme sera débattu d'ici fin septembre, avec les élus, les représentants de la société civile et les industriels concernés.

Commenter cet article