Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par pierre-gilles tronconi

AFP, le 20/05/2007 à 20h23

A
lain Juppé, le nouveau ministre d'Etat chargé de l'Ecologie, du développement et de l'Aménagement durables, a affirmé dimanche que "le nucléaire n'est pas la solution pour les prochaines années", mais qu'"il n'y a pas de solution sans le nucléaire".

"Je crois qu'il n'y a pas de solution en matière énergétique dans les années qui viennent sans poursuite de l'équipement de la France en centrales électro-nucléaires, il faut donc mettre en oeuvre le programme de centrales de la troisième génération, tout en préparant la quatrième génération", a estimé M. Juppé, invité du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI.

Dans un communiqué, le Réseau "Sortir du nucléaire" a dénoncé dimanche "la tentative du nouveau pouvoir en place d'empêcher tout débat sur la question du nucléaire", se disant "exclu des concertations" prévues lundi à l'Elysée pour préparer le "Grenelle de l'environnement" qui doit se tenir à l'automne.

Nicolas Sarkozy et Alain Juppé doivent recevoir lundi plusieurs associations en vue de la préparation de ce "Grenelle de l'environnement". M. Juppé a évoqué la présence d'"une dizaine d'ONG, par exemple WWF, Greenpeace, les Amis de la terre, la fondation Nicolas Hulot". Il a précisé que l'après-midi, plusieurs personnalités seraient également reçues, comme Edgar Morin et Jean-Marie Pelt.

"L'objectif de cette première série de réunions est d'essayer de fixer l'ordre du jour du Grenelle de l'environnement", a poursuivi l'ancien Premier ministre. "Le concept, c'est quatre participants autour de la table. C'est l'Etat, ce sont les entreprises, ce sont les organisations syndicales et c'est la société civile, et en particulier les associations et les ONG".

"Nous allons essayer de faire la liste des grands sujets prioritaires et de nous mettre d'accord, au moment de ce Grenelle, sur les actions à engager" concernant notamment "les OGM", "le réchauffement climatique", "les arbitrages à faire en matière de transports", a également souligné Alain Juppé.

Commenter cet article

Michel Th鶥not 21/05/2007 23:52

Nicolas Sarkozy veut organiser un "Grenelle de l'environnement" à la rentrée prochaine en proposant des négociations sur trois thèmes : la prévention du réchauffement climatique, la biodiversité et la santé.On sait que Mr Juppé, ministre d'Etat en charge de l'écologie et des transports, est favorable à la réalisation du grand contournement de Bordeaux.Est-il également favorable à celui de Strasbourg ? Ce grand contournement ouest de Strasbourg (GCO) consiste en une autoroute de 2x2 voies (élargissable à 2x3 voies).Il menace particulièrement la survie du mammifère qui sera vraisemblablement le prochain à disparaître en France.Malheureusement, ce n'est pas un animal médiatisé comme l'ours ou le loup, mais simplement un rongeur : le grand hamster d'Alsace, dont il ne reste que quelques dizaines de couples à ce jour.Au chapitre de la biodiversité menacée, il faut citer également le crapaud vert, présent dans le même secteur (seule présence en France métropolitaine). Ce contournement autoroutier de Strasbourg est un projet des années 1960 (comme les cités) et a été ressorti d'un tiroir en laissant croire à la population strasbourgeoise et bas-rhinoise que cette autoroute va améliorer les importants problèmes de bouchons aux heures de pointe sur l'autoroute A35 au droit de Strasbourg.Malheureusement, ce projet, qui coûterait la bagatelle de 420 millions d'euros, serait d'une efficacité très limitée puisqu'il n'aurait qu'un effet léger sur le désengorgement de l'A35 à Strasbourg : moins de 5% de report de trafic (chiffres officiels de l'Equipement issus du dossier d'enquête publique de l'été 2006). Outre la faune, ce projet menace également 350 hectares de terres agricoles probablement parmi les meilleures d'Europe. En traversant une zone d'une vingtaine de villages, il aurait des conséquences sur la santé des riverains dont certains ne seraient qu'à 70 mètres de l'ouvrage et "bénéficieraient", en plus du benzopyrène sur les légumes de leur jardin (les rendant impropres à une consommation régulière) de près de 60 décibels la nuit, soit plus que la norme admissible, au point que certaines maisons devraient être isolées directement en plus de tout l'arsenal des murs anti-bruit et autres moyens de limiter les dégats.Cette autoroute, comme toute offre nouvelle de moyen de transport, aura par contre pour conséquence d'encourager certains automobilistes à effectuer des déplacements plus longs, du nord au sud de Strasbourg.De même, il encouragera encore plus les camions qui fuient l'Allemagne proche depuis l'instauration d'une taxe poids lourds(LKW Maut) à traverser l'Alsace et à contribuer encore plus à une pollution ambiante déjà importante en raison de la configuration du fossé rhénan ne permettant pas une dissipation par les vents des polluants industriels et automobiles.Evidemment, tout cela n'est pas bon pour le réchauffement climatique...et va exactement à l'encontre de ce qu'il faudrait faire, à la fois pour réduire les bouchons et limiter la pollution : développer le plus possible les transports en commun et si possible en sites propres (train, tram, couloirs bus).Le Conseil d'Etat doit se prononcer dans les prochains mois sur la déclaration d'utilité publique (DUP) de cette monstruosité écologique.Saura t'il attendre le "Grenelle de l'environnement" ou se prononcera t'il durant l'été en catimini loin des micros et caméras ?J'y vois un test de cohérence entre le discours et les actes, mais peut-être que les promesses n'engagent que ceux qui veulent bien y croire ?