Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par pierre-gilles tronconi

Les objectifs de réduction d'émissions de CO2 semblent irréalistes selon les scientifiques. Et si on ré-hydratait les sols ?

Ecologie bleue l'avait dit depuis déjà longtemps et, aujourd'hui, les scientifiques semblent le confirmer.

Fixer des objectifs irréalistes de réduction des émissions de CO2 ne peut conduire qu'à l'inaction ou pire à des solutions apparemment indolores pour l'économie comme la géo-ingéniérie mais qui risquent de perturber gravement les équilibres naturels de la planète.

D'autant que le problème majeur, nous ne cessons aussi de le répéter, n'est pas tant le réchauffement (réél et causé en majeure partie par l'Homme, soi dit en passant...) que l'assèchement des sols, du à la fuite trop rapide de l'eau vers la mer ce qui perturbe le cycle de l'eau.

Ecoutez notre ami Jean-Marc Hauth, spécialiste de la mécanique des fluides.

" Les écologistes devraient s'intéresser à la gestion globale de l'eau qui permet une vision mondiale de la répartition de l'eau afin de lutter contre l'assèchement direct de certaines parties de continents par des activités humaines qui réduisent le rechargement des nappes phréatiques et les surexploitent. Ce premier assèchement des sols permet une aggravation par le réchauffement climatique causé par les émissions de co2 ainsi que le rayonnement solaire. En effet la chaleur du réchauffement climatique pourrait être un facteur de développement de la masse végétale si les sols hydratés. Comment? En s'inspirant de la nature qui est capable de faire elle même ce travail d'infiltration des eaux de ruissellement dans les forêts ou par les cours d'eau sur leurs lits majeurs. Il suffirait de couvrir chaque bassin versant d'un réseau de canaux suivant les courbes de niveau d'intérêt général et complémentaire de cours d'eau naturels L'ensemble d'écoulement permettrait de réduire les écoulements excédentaires ( et donc les inondations ) et d'augmenter les infiltrations pour recharger les nappes phréatiques ( pour lutter contre les sécheresses ) L'association des biefs du Pilat a testé ce concept depuis plusieurs décennies dans le Massif du Pilat pour offrir une vitrine aux visiteurs."

Tout est dit. A quand la prise de conscience puis l'action ?

Commenter cet article