Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par pierre-gilles tronconi

Petit rappel historique: oui, l'écologie est une préoccupation ancienne de la droite !

" L'emprise de l'homme sur la nature est devenue telle qu'elle comporte le risque de destruction de la nature elle-même. Il est frappant de constater qu'au moment où s'accumulent et se diffusent de plus en plus les biens dits de consommation, ce sont les biens élémentaires les plus nécessaires à la vie, comme l'air et l'eau, qui commencent à faire défaut. La nature nous apparaît de moins en moins comme la puissance redoutable que l'homme du début de ce siècle s'acharnait encore à maîtriser, mais comme un cadre précieux et fragile qu'il importe de protéger pour que la terre demeure habitable à l'homme. "

Voici ce que disait le Président Georges Pompidou en 1970.

Nous vous engageons à relire dans son intégralité le discours de Chicago du Président Pompidou du 28 février 1970.

Une piqûre de rappel pour ceux qui, à gauche, ont fait un hold-up idéologique sur l'écologie et à droite, considèrent que l'écologie est une lubie pour bobos.....

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Hernu Patrice 18/04/2016 20:31

Oui l'écologie est née à droite (et même à l'extrême droite, avec l'amour de la nature, l'esprit de conservation et le... principe de de responsabilité dit désormais de précaution de Jonas qui n'était pas spécialement de gauche mais qui est si souvent dénaturé de nos jours au point qu'on veut à tort le renier parce qu'il n'est pas compris).

En effet, Pompidou avec le Général de Gaulle a joué un grand rôle en faisant créer par Jean Sainteny (qui fut Ministre aux cotés de George Pompidou) les fondations de la première administration environnementale. En 1970 Jean Sainteny crée le Fonds Français pour la Nature et l'Environnement - FFNE, première grande ONG française dont Christine Archambault est l'actuelle présidente (et moi-même secrétaire général).

De sorte que le ministère de l'Environnement a pu être [créé en janvier 1971, quand Robert Poujade, sous le gouvernement Jacques Chaban-Delmas est nommé ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé de la Protection de la nature et de l’Environnement. -Wiki]

[En 2002, le ministère de l'environnement devient le ministère de l'Écologie et du Développement durable, sa première titulaire étant Roselyne Bachelot dans le premier gouvernement Raffarin dont la conseillère environnement est Nathalie Kosciusko Morizet, alors porte-parole d'@Ecologie bleue. From Wiki]

René Dumont vient lui-même des milieux conservateurs comme cela lui a été parfois à tort reproché car il situait la défense humaniste et responsable de l'environnement dans une optique qui dépassait les camps. Notre ami Michel Breuzard a été un de de ses jeunes soutiens avant d'être un des présidents successifs de la fédération pionnière de France Nature Environnement.

Il est dommage que les marxistes les plus ouverts mais déçus du communisme aient cru bon de saisir l'opportunité de recycler leurs illusions perdues. Car ils ont dévoyé l'idée en s'appropriant grâce à leur expérience (trostkyste) les premiers leviers des mouvements naissants.

Nous sommes à la fin de ce cycle qui voit la décomposition de l'illusion verte qui n'est pas l'illusion écologiste. Le fils de Jean Sainteny, Guillaume Sainteny a repris le flambeau et expliqué dans un livre qui fait référence "L'introuvable écologisme" pourquoi l'idée écologiste s'était en France et en Allemagne développé sur un malentendu politique. Il voyait l'écologie plutôt selon ma formule comme un extrême centre qui n'a jamais trouvé sa place dans des institutions bipolaires.

Tous ceux d'Europe-Ecologie (ou il est si dur de retirer le mot qui fait peur : les Verts) qui ont compris cela quittent progressivement le navire. Seul problème : ils l'avaient rejoint par opportunisme et le quitte avec le même souci. Et pas forcément pour défendre intelligemment l'environnement.

Sur le fond, l'écologie est bleue. Des années de retard par la faute de politiciens aux petits pieds.

Espérons.