Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par pierre-gilles tronconi

Plan Loup de Ségolène Royal: Zéro pointé sur les moyens autant que sur la méthode

Pris entre la défense légitime des traditions pastorales de nos éleveurs et l'indispensable défense de la biodiversité, le problème de la coexistence entre le retour du loup en PACA ou de l'ours dans les Pyrennées et de nos bergers se pose quotidiennement avec acuité.

Comme toujours, la réponse n'est pas simple ni unique et ne peut être le fruit que de la concertation entre les différentes parties. Gestion rationnelle des populations de loup (pourquoi pas à l'aide de puçage ?), aides aux bergers pour la localisation des loups en temps réel, réintroduction d'espèces servant de gibier au loup....

Ce qui est sûr, c'est que, comme nous le dénonçons avec Ecologie bleue depuis de nombreuses années, on a trop souvent privilégié la réintroduction des espèces sans prendre en compte l'ensemble du biotope relatif à l'animal.

Pour sa part, Mme Royal réagit en bonne socialiste qui croit que la réponse à tout problème réside dans l'embauche de fonctionnaires supplémentaires. Elle crée donc une brigade anti-loup composée de " 10 agents titulaires du permis de chasse ".....

Alors que le budget du ministère de l'Ecologie se réduit comme peau de chagrin dans le budget 2015, ça laisse imaginer ce qui restera pour le faramineux chantier de la transition énergétique.

De plus, dans la forme, cette annonce unilatérale, couplée à une annonce d'une démarche auprès de la convention de Berne pour sortir le loup des espèces protégées, est de nature à verser de l'huile sur le feu là où il faudrait essayer de dépassionner le débat.

Bien sûr, nous n'avons pas ici de réponse toute prête mais nous sommes sûrs d'au moins 2 choses:

- La bonne solution ne sortira que de la concertation entre les différents acteurs et pas d'une guéguerre stérile entre éleveurs et écologistes d'où doivent forcément sortir un vainqueur et un vaincu. L'association Ferus met en place des moyens pour aider les éleveurs. Mettons-les sur la table, critiquons ce qui n'est pas bon et exploitons-en les bonnes idées !

- C'est au plus près des problèmes que doivent se régler les problèmes et non par un diktat de de la technocratie du ministère de l'Ecologie. La Région doit être très active sur le sujet ce qui est très loin d'être le cas aujourd'hui. Ce doit être selon nous un des grands débats de la campagne que devront aborder les candidats pour les régionales de décembre en PACA.

A suivre...

Commenter cet article