Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par pierre-gilles tronconi

Notre position sur la débâcle de l'écotaxe: un peu de réalisme ne nuit pas !

Ainsi donc, Ségolène Royal vient d'enterrer l'écotaxe. Faut-il s'en plaindre ou s'en réjouir ?

Sur le fond, cette taxe issue du Grenelle de l'environnement pouvait avoir une justification. En effet, ne parait-il pas normal que les utilisateurs des infrastructures paient pour leur entretien et pour la création d'alternatives à la route au lieu de présenter la note à l'ensemble des contribuables ?

Le problème est que depuis l'arrivée de François Hollande et de la gauche, la pression fiscale a explosé et que cette écotaxe que le gouvernement a (volontairement ?) mis du temps à mettre en place est apparue comme la goutte d'eau qui fait déborder le vase fiscal.

La pérennité de nombreuses entreprises de transport routier devenait menacée avec la perte d'un grand nombre d'emplois à la clef.

Evidemment, dans ce cas, les valeurs du développement durable étaient bafouées puisqu'on sacrifiait l'économie et le social pour un bénéfice environnemental incertain.

Alors, Mme Royal a-t'elle pris la bonne décision ? Rien n'est moins sûr.

La note d'un enterrement pur et simple de l'écotaxe va s'avérer désastreuse pour les comptes publics. En plus des frais de démontage des fameux portiques, l'Etat va devoir s'acquitter d'énormes pénalités auprès de la société Ecomouv' de l'ordre dit-on de 1 à 1.5 milliards d'euros (source le Figaro).

D'autant que nous en revenons au point de départ, c'est-à-dire comment financer les engagements du Grenelle de l'environnement ? Mme Royal agite la création d'une taxe sur les bénéfices des sociétés d'autoroutes. Ceci étant aujourd'hui impossible au vu des contrats qui les lient à l'Etat, il y a fort à parier qu'une hausse sur les carburants, notamment le diesel, sera la solution de facilité choisie par le gouvernement.

Le réalisme qui devrait toujours guider les décisions gouvernementales aurait donc dû conduire Mme Royal à conserver cette taxe tout en en diminuant les effets négatifs sur la trésorerie des transporteurs par exemple par une baisse des charges.

Commenter cet article